L’aïki-taïsô : une fausse bonne idée ?

Il y a trois ans, j’abordais sur ce site le foisonnement actuel de créations de disciplines « ludico-martiales » (génériquement dénommées « body martial art »), en indiquant que le phénomène relevait de deux facteurs très liés : captation de clientèle et diversification du marché. Ou inversement. Je rajoutais également que la construction de ces pratiques ne permettait pas, dans l’absolu, d’aborder la discipline martiale « mère », puisqu’elle en évacue l’essence même : la confrontation, ritualisée ou non. Et donc, l’aïki-taïsô dans tout ça ? Lire la suite

Publicités
Publié dans Aïkidô, Santé | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Sur le bord du tatami – observer les autres

Sur les bords des tatamis, durant un entraînement, on rencontre deux catégories de personnes : celles qui attendent que la séance s’achève (pour récupérer leur enfant, souvent) et ceux pour qui monter sur le tatami n’est pas possible, momentanément ou pas.  Ces derniers sont là pour une chose bien particulière : profiter quand même d’un enseignement par ce que les Japonais appellent mitori geiko (見取り稽古), s’entraîner en observant.

Lire la suite

Publié dans Généralités | Tagué , , , | 1 commentaire

Dragon magazine – spécial aïkidô n°18 : l’esprit de l’aïkidô

Couverture du spécial Aïkidô n°18 du magazine Dragon (tous droits réservés).

Après un numéro dédié à l’évolution de l’aïkidô, le magazine Dragon spécial aïkidô est consacré cette fois-ci à l’esprit de la discipline, thématique qui n’est pas forcément décorrélée de la précédente. Comme d’habitude de nombreux auteurs ont été conviés par Léo Tamaki à proposer leur vision de la chose – ou d’autres sujets d’intérêt. Lire la suite

Publié dans Aïkidô, Magazine | Tagué , | Laisser un commentaire

Plonger dans l’histoire du Japon, pratiquer l’école Yagyû Shingan

S’il est assez facile, en règle générale, de trouver des écoles d’arts martiaux « modernes » à proximité immédiate de chez soi, il est moins évident de rencontrer même des pratiquants d’écoles historiques (et assez fermées). C’est avec l’école Yagyû Shingan que nous avons justement rendez-vous aujourd’hui, grâce à Stéphane, l’un de ses pratiquants.

Technique de sabre particulière au Yagyû shingan ryû.

[Paresse martiale] Bonjour Stéphane, merci d’avoir accepté de jouer le jeu des entrevues du blog. Pourrais-tu, tout d’abord, te présenter à nos lecteurs ?

Bonjour, je m’appelle Stéphane et je fais des arts martiaux depuis mon tout jeune âge. J’ai commencé le jûdô à 7 ans et j’en ai fait une douzaine d’années. Au cours de ma période jûdô j’ai également pratiqué le ju-jitsu de la FFJDA (le « ju-jitsu moderne français ») en club et aussi fait quelques stages.

Vers la fin de ma période jûdô je me suis mis au ninjutsu avec la Fédération Française de nin-jutsu (FFNJ) au sein de laquelle je suis resté 18 ans. J’étais attiré par l’idée des ninja et aussi, plus tard, par le feuilleton « L’Homme au Katana » (« The Master »). Fin 1993, j’ai eu une première vision du Yagyû Shingan de Shimazu sensei après le retour d’un instructeur de la FFNJ du Japon où il avait été introduit au sein de l’école. En novembre 1994, Shimazu sensei est invité en France pour la première fois et je participe à son stage. Dans un premier temps j’ai continué le ninjutsu avec le Yagyû Shingan en parallèle (j’ai également participé à tous les stages de Shimazu sensei en France). Puis, début 2007, j’ai pris mon indépendance. Je me suis donc entrainé seul à partir de ce que je connaissais puis, après une reprise de contact au travers de mes connaissances en Suisse, Suède et Australie, Shimazu sensei a accepté que je vienne le voir au Japon en 2008 et m’a invité à faire le voyage annuel qu’il effectue dans le Tohoku1 avec lui. Depuis j’étudie exclusivement le Yagyû Shingan ryû (YSR) pour lequel je suis officiellement rattaché au dôjô suisse, même si j’habite en banlieue parisienne. Lire la suite

Publié dans Témoignage de pratiquant | Tagué , | Laisser un commentaire

Du côté du kyûdô en France

Observer les mouvements « fédéraux » des arts martiaux en France (ou du moins essayer) permet d’avoir une idée « macro » des tendances martiales du moment. A condition d’avoir des organisations identifiées et représentatives. M’intéressant plus particulièrement au suivi de l’aïkidô, et donc (entre autres) à la FFAB, j’ai pu voir passer une information intéressante : la FKT (fédération de kyûdô traditionnel, « hébergée » par la FFAB depuis 15 ans) et la FKJ (fédération de kyûdô japonais, « hébergée » par la FFJDA depuis autant de temps) ont fusionné le 17 juin dernier pour créer le Comité national de kyûdô au sein de la FFJDA. Lire la suite

Publié dans Généralités | Tagué , , | Laisser un commentaire