2020 : des questions sur la pratique, comme ça

Bodhidarma en méditation.

Cette année se termine plus mal qu’elle n’a commencée. A l’heure où j’écris ce billet, de nombreux pays européens se reconfinent et le Royaume-Uni se voit isolé en raison d’une mutation supplémentaire du SARS-CoV-2 (c’est le nom scientifique du virus, je vais mettre un du, et non un de la) le rendant peut-être plus contagieux. En France, la situation est mitigée. S’il y a une semaine, le gouvernement a permis un relâchement des mesures de sécurité, ce relâchement ne s’étend pas jusqu’à permettre une reprise pleine et entière des activités sportives en salle pour les adultes. En clair, depuis maintenant 9 mois, la pratique des arts martiaux est sporadique au mieux, à l’exception de quelques pratiques individuelles (qu’elles soient encadrées via des réunions en ligne ou pas). Le seul avantage qu’on peut y voir, c’est que cela nous laisse nous poser quelques questions.

Questions, enfin quelques unes

C’est le seul. La première d’entre elles est sa relation même avec la pratique. Après tout, si l’on regarde les chiffres (en France, en tout cas), on se rend très vite compte que la fréquentation des tatamis est une affaire de « jeunes ». Sauf pour l’aïkidô et les arts martiaux chinois, « entraînés » par les pratiques énergétiques, bien évidemment diront les grognons (mais sont-ce seulement les grognons ?). Si cette fréquentation est une affaire de jeunes, c’est que, fatalement… les moins jeunes arrêtent, et souvent relativement tôt. Alors, la pratique, une habitude (socialisante) ou une réelle envie, pour vous ? Ce qui entraîne aussi d’autres interrogations, comme celle de l’implication dans la discipline…

Parce qu’il va sûrement y avoir besoin d’implication dans les mois à venir, les effets se faisant déjà sentir dans les effectifs : les nouveaux arrivants ne sont pas arrivés, et les plus anciens, parfois déjà en situation difficile localement, ont parfois jeté l’éponge. Les fédérations et autres groupes d’arts martiaux et sports de combat vont devoir faire face – parfois plus cruellement qu’avant – à une désaffection, et peut-être à une situation aussi mouvante que celle des années 1970. Mais avec plus de concurrence entre disciplines, et moins de « magie » pour la technique proposée. Comment rebondir ? Quelle politique ? Et surtout, quelle gestion des enseignants ? Question d’autant plus prégnante que – justement – le renouvellement « naturel » peut être abîmé voire, dans le pire des cas, cassé. En résumé : quel avenir ? Avec quels outils ? Et bien sûr, les questions au sein d’une discipline (ou au-delà), indispensables à son évolution même…

Et puis, pour finir, il y a aussi le reste. Tout ce qui est autour et qui nourrit cette réflexion (parfois en allant dans des directions peut-être trop philosophiques ou ésotériques, qui sait). Des supports numériques (comme ce blog, et bien d’autres sites) ou papier (Yashima, ou encore Self & Dragon spécial aïkido pour les revues, etc.), où les éléments historiques appuient ou infirment les idées que l’on a. Et bien, sûr, les rencontres avec d’autres pratiquants d’horizons variés. Une question parmi d’autres à la lecture de quelques lignes sur les arts martiaux de l’ère Meiji : et le facteur « éducatif » dans tout ça ?

Pour finir (provisoirement)

La période est donc propice à quelques réflexions. J’espère pour ma part qu’elles serviront à mieux redémarrer, à renforcer nos pratiques et aller de l’avant. Et en rire, dans une trentaine d’années, quand on se remémorera ce par quoi on passe.

A propos G.

Pratiquant lambda.
Cet article, publié dans Généralités, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.