Dragon magazine – spécial aïkidô n°21 : aïkido et martialité

Couverture du spécial Aïkidô n°21 du magazine Dragon (tous droits réservés).

Bien que le travail des derniers temps sur Yashima soit chronophage (et qu’il n’y a pas que ça dans la vie), on peut toujours trouver du temps pour lire le dernier numéro en date du Dragon magazine spécial aïkidô (n°21). Surtout que le thème proposé est très intéressant  : aïkidô et martialité. Question au centre des pratiques (ou non), mais – sans doute – au centre de la question de la popularité de la discipline (et sans doute de sa survie).

Ceci étant dit, ce numéro présente une particularité qui est également à noter. Ce numéro est celui du départ de Léo Tamaki du poste de rédacteur en chef, poste qui sera désormais occupé par un des rédacteurs réguliers, Germain Chamot. Autant faire simple : merci à eux. A l’un pour avoir occupé et animé ce magazine pendant cinq ans, ce qui est déjà un succès à mon sens, à l’autre pour avoir eu l’envie de relever ce défi de la succession pour un magazine qui reste basé sur le modèle du bénévolat des rédacteurs, et donc relativement fragile, tout en étant attendu au tournant par un nombre non négligeable d’amateurs. Merci donc, et bon courage.

Sans autre commentaire sur le thème (qui a déjà été abordé dans ce blog, de manière plus ou moins directe, et qui sera certainement abordé de nouveau), je recommande la lecture de plusieurs articles en particulier :

  • A la recherche de la martialité perdue, de Xavier Duval.
  • La martialité des pionniers de l’aïkido, de Paul Muller.
  • L’aïkido est-il un art martial, de Régis Soavi.
  • De l’efficacité en aïkido, de Marc Bachraty.
  • Au péril de l’égo, de Fabien Lespagne.
  • L’esprit guerrier, de Matthieu Debas
  • Budo et origines de la martialité, de Pierre Fissier

Bien entendu, je ne peux que recommander également l’interview de Bernard Palmier menée par Alexandre Grzegorczyk sur le thème.

L’article à plusieurs voix autour du kinomichi est également intéressant à plusieurs niveaux. D’une part parce qu’il propose des visions croisées mais convergentes sur la discipline (mais tous les intervenants sont proches), mais aussi parce que l’extérieur que je suis s’étonne de ne pas y voir y participer la famille Noro, entre autres. Je vous renvoie d’ailleurs à ce propos vers les excellentes Chroniques de Masamichi de Pierre Fissier, sur l’histoire du maître Noro, fondateur de la discipline.

Bonne lecture !

Publicités

A propos G.

Pratiquant lambda.
Cet article, publié dans Aïkidô, Magazine, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.