Mon livre martial idéal (?)

Il y a quelques jours, j’ai eu en mains un livre dédié à une discipline martiale. Aimé, pas aimé ? Peu importe. Cet ouvrage m’a permis de réfléchir à ce que serait, maintenant, pour moi un livre « martial » idéal. Par là, j’entends dédié à une discipline martiale, à un sport de combat, ou à un de ses aspects et non à une fiction ou un récit d’expérience (qui présentent, bien entendu, leurs intérêts). Donc ?

Comme pour tout livre, je préfère ne pas avoir à subir des  compositions et mises en page anarchiques, des textes truffés de fautes d’orthographe (on ne parle pas de translittération de termes, c’est un peu particulier) ou de grammaire. En fait, la mise en page est, pour les livres martiaux, souvent le point le plus import puisque l’illustration est un support nécessaire du texte et vice-versa. Les photos de vacances en famille au Japon ou en Chine de l’auteur (ou des auteurs), par exemple, n’ont aucun intérêt pour montrer les formes spécifiques d’une discipline, je pense.

Alors, en vrac :

  • un historique clair, sans trop de propagande pro domo ou de mélange avec des mythes et légendes – quand ces mythes et légendes sont connus comme tels ! En tout cas, des références claires et non ambiguës.
  • des illustrations claires. J’entends par illustrations claires des informations pertinentes (vis-à-vis du texte), et faciles à comprendre (du moins pour la forme).
  • des textes clairs et non abscons. Comme les illustrations.
  • un plan clair de l’ouvrage (en particulier, sur les « découpages » techniques).

et c’est déjà pas mal (en fait, il y a beaucoup de demande de clarté, si je me relis bien). Le Shu du shu ha ri de l’édition martiale, en quelque sorte.

 

Publicités

A propos G.

Pratiquant lambda.
Cet article, publié dans Coin documentaire, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Mon livre martial idéal (?)

  1. Félix Toulgoat dit :

    Bonsoir.
    Merci beaucoup pour cet article, et pour vos article en général.
    Mais il y a un point en particulier dans cet article que vous n’avez pas creusé, me semble-t-il: en effet vous l’intitulez « Mon livre martial idéal », et vous terminez par la phrase « Le Shu du shu ha ri de l’édition martiale, en quelque sorte. » Cela signifie-t-il que seul cette étape Shu puisse faire l’objet d’un livre martial réellement bon? Ou bien peut-on également envisager d’écrire de bons livres dans les autres étapes (sous réserve d’en avoir les compétences, bien sur – ce qui n’est pas mon cas, je tient à le préciser tout de suite)?
    Bonne soirée.

    • G. dit :

      Bonsoir, et merci !
      Pour tout dire, c’est un article « en bref », et je ne me suis penché que sur les grandes lignes. Comme vous l’avez deviné certainement, je pense qu’un bon livre a des pré-requis, mais ne peut être bon que parce que l’auteur est capable d’insuffler plus que de la technique… et sous des formats au final assez variés (et arriver à dépasser le shu).
      Bonne soirée également.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.