C’est grade, docteur ?

Usagi Yojimbo, à défaut de Bugs Bunny.

Usagi Yojimbo, à défaut de Bugs Bunny.

Il y a un certain temps, dans un billet consacré à quelques « mythes » des arts martiaux, j’ai évoqué les « grades ». J’y avais indiqué (brièvement) que leurs organisations était très variable  selon la discipline, quand elles existaient… Voici quelques compléments sur le sujet (souvent assez sensible, pour différentes raisons).

En vrac, donc :

  • la confusion fréquente entre distinction « honorifique », que cela soit ou non de haut niveau, et grade technique (voir à ce propos l’interview de Micheline Tissier chez Guillaume Erard). Dans un grand nombre de systèmes, les capacités techniques sont jugées jusqu’à un certain seuil (au choix de la discipline). Après, on considère que les grades (dits « hauts grades ») relèvent d’autres choses, en particulier de l’implication, du développement de la discipline, etc. De facto, penser que pour la très grande majorité des pratiquants « âgés », un grade élevé est une traduction d’une virtuosité n’est pas forcément vrai. Même si effectivement, certains hauts grades sont des virtuoses. Certains, pas tous.
  • Les distances séparant des examens (et non des dossiers à considérer) sont là pour que le niveau effectif des grades techniques soit considéré comme acquis, et repose sur une moyenne dans des systèmes « de masse ». Des pratiquants doués auront le niveau plus rapidement (il existe parfois des dispenses), d’autres moins doués moins rapidement, voire pas du tout. Pour le reste, les temps d’attente ont sans doute un paquet de raisons, mais elles sont essentiellement non techniques.
  • Il existe des systèmes où le grade correspond non pas à un niveau technique effectif (c’est ce qui se passe a priori dans une majorité de styles de karaté) mais au niveau d’enseignement reçu, d’autres distinguent chaque branche de la discipline, d’autres ont des certificats spécifiques en plus de grades, d’autres non, etc. Certains n’ont pas de grades du tout. De toute manière, un grade est spécifique à une discipline, voire un courant de ladite discipline.
  • Aucun grade n’est dû : un pratiquant peut attendre un seuil d’incompétence. Pour plein de raisons, comme l’âge, la maladie, la non-compréhension fondamentale de la discipline, etc.
Publicités

A propos G.

Pratiquant lambda.
Cet article, publié dans Budô, Généralités, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s