19 embu taïkaï de Chaville

Note : compte-rendu « rapatrié » de Kwoon.info, sur lequel il a été publié en 2013.
Ce C.R. a déjà été publié ailleurs par moi-même.

Vidéo Embu Taikai 2013 – postée par David Jousselin (Youtube).

Après l’annonce de Personne sur le forum, j’avais propagé la nouvelle à coups de mails, en me demandant quand même si j’allais faire le déplacement. Et comme j’ai eu des réponses positives de trois courageux, j’ai organisé un covoiturage vers la riante bourgade de Chaville.

Après avoir découvert une place par chance en dessous du gymnase, nous avons pu nous rendre directement dans la salle où se déroulait l’évènement annuel organisé par Jacques Muguruza. Première remarque comme l’an dernier : cela manquait sévèrement d’indicateurs extérieurs au cas où. Et la configuration de la salle montrait que l’organisation n’attendait pas grand monde, ce que je regrette (comme l’an dernier). Au programme de la soirée : aïkidô Yoshinkan (Jacques Muguruza et ses élèves), Tenshin Shoden Katori Shinto ryû (Jean-Paul Blond et ses élèves), aïkidô Tenjinkaï (Pascal Ollivier et son élève), aïkidô du GHAAN (Pascal Heydaker, et ses élèves) et enfin Seïgidô ryû Shorinji Kempo (François-Xavier Albertini et ses élèves).

Après une introduction par le maître des lieux, la démonstration proprement dite a commencé.
1/ Le Yoshinkan aïkidô : démonstration du travail de base de l’école par les élèves de J. Muguruza, avec les déplacements codifiés (je n’ai pas les noms, désolé), avec un démonstrateur muni d’un bokken, puis des techniques proprement dites (des choses très intéressantes) effectuées en groupe, permettant de visualiser la décomposition par ailleurs comptée à voix haute. La démonstration du Yoshinkan s’est conclue par un jyu waza avec Jacques Muguruza : comme l’an dernier, on peut voir que le travail de formes codifiées (kihon) un peu go donnent naissance à des formes bien plus rondes et dynamiques. Vraiment intéressant.

2/ Le TSKSR : que dire… Moi j’aime beaucoup. Jean-Paul Blond et ses élèves avaient choisi en plus une mise en scène (trois ou quatre participants, pour démontrer les katas du style) qui avait l’avantage de meubler l’espace tout en étant lisible. Concernant la démonstration proprement dite, la progression a été iai jutsu (3 démonstrateurs), ken jutsu (4 démonstrateurs, 2 par 2) puis enfin naginata jutsu (4 démonstrateurs, 2 par 2). Quand on arrive un peu à « lire » les katas proposés, il y a des choses vraiment intéressantes à voir (et j’imagine encore plus quand on a les clés). Quelqu’un pourra m’expliquer un jour le pourquoi du tour sur soi dans les katas de naginata jutsu ?

3/ L’aïkidô Tenjikaï. Pascal Ollivier était venu seul avec une élève, et quelques armes. Après une démonstration de déplacements en triangle (commentée en direct live comme toute sa prestation), Pascal Ollivier a montré en alternance avec sa partenaire des techniques avec ou sans armes, avec une recherche visible de fluidité. Cependant, j’ai eu du mal à distinguer de visu ce qui « différencie » sa pratique par rapport à certains autres toujours dans le courant principal… Surtout que la lecture de ce qu’on peut trouver sur le net ne m’a pas éclairé.

4/ L’aïkidô du GHAAN, présenté par Pascal Heydaker et ses élèves. Une démonstration agréable à voir, avec quelques petites choses que je n’ai pas l’habitude de voir (le ura nage du GHAAN, par exemple), mais sommes toutes assez classique. Pascal Heydaker avait fait le choix de laisser une bonne partie de la démonstration à ses élèves, qui ont assuré. Ceci étant, comme pour l’aïkidô Tenjinkaï, mon oeil n’est peut être pas assez averti pour déceler des différences importantes quand la pratique est dynamique. Si Personne veut nous éclairer, pas de souci.

5/ Le Shorinji Kempo Seïgidô ryû, présenté par François-Xavier Albertini. Disons-le d’emblée : le discours accompagnant la démonstration a peut-être été trop important, au détriment de la pratique. On a pu cependant voir, des exercices caractéristiques du style (là encore, pas retenu le terme, qui doit être heiko), puis quelques applications ciblées (percussions, puis mélange percussions-contraintes articulaires).

Voilà en gros ce qui s’est passé.

Comme l’an dernier, je regrette la trop grande confidentialité de cette sympathique manifestation (on avait autant de démonstrateurs que de spectateurs, et c’est dommage). Le programme variait assez par rapport à l’an dernier (pour des raisons expliquées l’an dernier 🙂 ). Ceci étant, je remercie encore Jacques Muguruza et son équipe pour avoir monté ce rendez-vous.

Publicités

A propos G.

Pratiquant lambda.
Cet article, publié dans Compte-rendu, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s